Détail ergonomique qui a son importance : en position de lecture sur écran, la hauteur de la tablette supérieure (114 cm au dessus du sol) permet le maximum de confort (le dos reste droit ; les avant-bras sont légérement relevés ; mais ils ne travaillent pas).

Par contre, en position de frappe au clavier, il faut que les avant-bras soient strictement perpendiculaires aux bras ; pour ce faire, l'usage d'une surélévation de 6 cm est requise. Le sommet de l'écran sera alors un peu plus bas.

Je respecte les préconisations d'Apple.

Je les ai adaptées à la position debout. C'est la meilleure lorsqu'on écrit des textes pendant de longues heures. Je me suis inspiré de deux bureaux d'écrivains que j'ai visités : Victor Hugo (à Guernesey) et Albert Camus (à Paris).

À terme, j'irai encore plus loin. L'inspiration est californienne cette fois-ci : un tapis roulant sous le bureau. Cela ne fait pas maigrir mais cela fait fonctionner tous les muscles situés en dessous du thorax.
Cela évite courbatures et ankylose.

J'utilise depuis longtemps (sur la table de jardin) l'étrier qui supporte le portable de droite.

Source de l'image

Le plan permet donc de voir que la règle selon laquelle la position des yeux en regard horizontal doit être légèrement inférieure au bord supérieur de l'écran est à peu près respectée. Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

_____________________________________

Voici ma configuration actuelle. À droite un 20 pouces relié à un PowerMac G5 de 2003 (un modeste 1,8 Ghz) sous Leopard (10.5), à gauche un 22 pouces relié à MacPro de 2009 (8 fois 2,8 Ghz) sous El Capitan (10.11).
À terme le 20 pouces passe à l'arrière plan ; je le garde pour faire fonctionner des applications anciennes dont j'ai la licence mais qui ne fonctionnent plus avec les nouveaux systèmes.
Et je rajoute un second 22 pouces afin d'avoir un bureau sur deux écrans.

Ma politique en matière d'achat informatique est la suivante :
Je reste en retrait du point de vue matériel de six années environ et j'achète des machines qui, en leur temps, étaient surpuissantes et qui, de plus, sont absolument increvables.
Le Mac de droite tourne 10 heures par jour tous les jours depuis 12 ans.
Le Mac de gauche (avec une configuration musclée de l'époque, carte graphique de 1 Go, 12 Go de mémoire et disque SSD 512 go) a coûté, en Janvier 2009, 3757 €. Je viens de l'acquérir sur ebay pour 585 €.
L'écran de gauche coûtait, à sa date de sortie,
18 000 francs (2700 €) ; je l'ai acheté, en Août,
110 €.

Bien sûr, l'ensemble date puisqu'il reste typique des années 2000. Cette option millésimée * (vintage en globish) part d'un apriori économique transformé ensuite en apriori esthétique.

_____________________________________

Merci de votre attention. J'espère que ces considérations ergo et éco nomiques vous seront utiles. @ bientôt !

L'Office Québéquois de la langue française propose cette traduction de vintage : " se dit d'un objet ou d'un accessoire griffé ayant marqué une époque révolue que l'on remet au goût du jour"